Bien-être et Vote : Nouvelle étude SOWELL citée dans le Financial Times

Ces résultats exploitent les données tirées d’un nouveau module « Bien-être des ménages » greffé à une enquête de l’INSEE.

Dans le cadre d’un projet de l’Observatoire du bien-être, une équipe de recherche composée de Yann Algan, Elizabeth Beasley, Martial Foucault, Claudia Senik et Paul Vertier vient de publier les premiers résultats de leur « Radioscopie du bien-être en France ».

Ils révèlent que les catégories socio-économiques et géographiques traditionnelles du vote s’avèrent insuffisantes pour expliquer la forte pénétration du vote frontiste parmi des couches de la population aussi disparates que les jeunes, la classe moyenne ou la France périphérique et péri-urbaine.

Leur point commun : le mal-être et le pessimisme, le vote Front National n’est plus celui des classes populaires mais des classes malheureuses. La France pessimiste vote FN, la France optimiste vote Macron.

Vous pouvez télécharger la note « Bien-être et vote » ici, en partenariat avec Sciences Po Cevipof. Vous pouvez télécharger l’annexe ici.

Couverture presse :