Photo 1 Mesurer

Mesurer & analyser

Mesurer & analyser

Comment améliorer les mesures du bien-être et des attitudes sociales en exploitant la révolution des Big Data et les mesures comportementales réalisées en ligne à grande échelle ? Comment les préférences sociales sont-elles liées à d'autres compétences cognitives et sociales ? Quel est le rôle des normes sociales ou des caractéristiques individuelles dans les préférences sociales ? Quel est le lien entre les préférences sociales et le bien-être ?

SOWELL a produit des analyses empiriques et théoriques, tout à fait inédites, du bien-être et des préférences sociales, qui ont mobilisé notamment les mesures comportementales réalisées à grande échelle, grâce à la révolution des Big Data.

[MESURER]

L’ère du Web 2.0 a des incidences profondes sur la traçabilité des relations sociales prenant place dans les paysages de données massives (big datascapes) constitués à partir de Google, Facebook, Twitter ou la blogosphère. Internet est devenu l’un des premiers outils de communication à travers lequel les individus se rencontrent et parlent de leur vie. Cet outil nous offre ainsi une chance inédite d’élargir le terrain des enquêtes sociales traditionnelles et de mesurer les préférences sociales dans des environnements économiques du monde réel.

(credit AzriSuratmin – Shutterstock.com)
(credit AzriSuratmin – Shutterstock.com)

En premier lieu, les Big Data nous permettent de tester les théories en mobilisant des données observationnelles (les comportements observés révèlent les préférences des individus) au lieu des opinions subjectives déclarées dans les enquêtes classiques. En second lieu, ils nous permettent d’éliciter les attitudes économiques et sociales de manière continue, à un niveau géographique très fin, et sur de grands échantillons. Enfin, les Big Data représentent une opportunité unique de surmonter les limites des méthodes de recherche traditionnelles et d’exporter l’économie expérimentale sur le terrain.

[ANALYSER]

À l’aide de Big Data, de baromètres comportementaux à grande échelle et de vastes bases de données de panel, il devient possible d’analyser les fondements théoriques et empiriques des préférences sociales et leur relation avec le bien-être.

La théorie et l’empirisme de la prise de décision ont connu une véritable révolution au cours des dernières décennies dans la littérature économique. L’une des principales conclusions a été que les individus font des choix qui ne sont pas simplement basés sur une comparaison des coûts et des bénéfices. Ceux-ci peuvent être considérés comme des « problèmes de cognition » et comprennent l’attention, la perception, l’évaluation, l’interprétation, la classification, etc. des individus. Pour évaluer une action, l’individu s’appuie sur des raccourcis mentaux basés sur des structures cognitives innées, sur des cadres interprétatifs issus de l’histoire de la vie, ou sur le contexte social et les normes sociales. L’objectif de la recherche est de comprendre comment ces problèmes de cognition peuvent avoir des conséquences à long terme.

Il est également important d’examiner la façon dont les expériences individuelles déterminent les préférences sociales. En examinant l’ensemble de l’expérience individuelle, on espère effectuer une analyse plus complète de l’origine des comportements sociaux. Au cœur d’une telle analyse se trouve l’hypothèse de l’histoire de vie, qui postule que le calendrier et la durée des événements clés de la vie d’un organisme sont déterminés en partie par la sélection naturelle pour produire le plus grand nombre possible de descendants survivants. Nous testerons cette théorie en utilisant le baromètre comportemental social à grande échelle qui a déjà été développé dans le cadre de ce projet ainsi que d’autres sources de données de panel étendues.

Le dernier aspect de cet axe est l’analyse de la manière dont le contexte social et les normes sociales déterminent la coopération et les préférences sociales. La compréhension du rôle des normes et des inégalités sociales dans la coopération et les préférences sociales est la clé pour comprendre le consentement réel des individus à payer des impôts, à demander une redistribution, à voter, etc.

Projets

[Analyser] Micro-fondations des préférences sociales

La recherche menée dans le cadre de ce projet visent à identifier un lien causal entre l'expérience de vie d'une personne et sa préférence pour la domination par rapport à la coopération.

[Analyser] Normes sociales

L'objectif de ce projet est d'étudier la façon dont le contexte social et les normes sociales déterminent la coopération et les préférences sociales.

[Analyser] Cognition sociale

Ce projet vise à comprendre les fondements de la cognition sociale des préférences sociales dans la mesure où elles se rapportent spécifiquement au comportement coopératif.

[Mesurer] Big Data & Bien-être

Cette recherche inédite revisite les théories du bonheur à partir des indicateurs comportementaux du bien-être conçus grâce aux Big Data.

[Mesurer] Préférences sociales et organisation de la production

Ce projet s’intéressera à l’étude des plateformes collaboratives en vue d’éliciter et analyser les préférences sociales au sein d’organisations diverses et d’entreprises.

[Mesurer] TrustLab

TrustLab repose sur le développement d’un laboratoire d’expérimentation en ligne, qui permettra de documenter et d'analyser la distribution des préférences sociales et des niveaux de confiance dans de larges échantillons de populations.